les psychobiotiques pour sortir de la dépression

Les psychobiotiques, une future alternative aux antidépresseurs ?

En cas de dépression, les médecins vous prescriront presque systématiquement des antidépresseurs et/ou des anxiolytiques. Même s’ils s’avèrent parfois nécessaires pour vous stabiliser lors d’une situation difficile à surmonter, n’oublions pas qu’il s’agit de puissants produits de synthèse dont les effets sur l’organisme à long terme ne sont pas à prendre à la légère. La preuve en est ne serait-ce qu’en constatant la longue liste d’effets secondaires indésirables parfois lourds qui en découlent : tremblements, perte de mémoire, somnolence…

Heureusement, de nombreuses solutions naturelles ne cessent de se dessiner et pourraient bien devenir des alternatives sérieuses aux traitements médicamenteux classiques pour sortir durablement de la dépression. C’est le cas de certaines plantes mais également de certains probiotiques appelés les « psychobiotiques ». Kezako ? Découvrons-le ensemble.

Vous avez certainement déjà entendu parler des probiotiques et de leurs bienfaits sur notre organisme. Ces bactéries vivantes présentes dans la flore intestinale aident en effet à maintenir un système digestif sain et à renforcer le système immunitaire. Elles sont omniprésentes dans les produits suivants : yaourts, lait fermenté, kefir, levure de bière, pain au levain, miso, tempeh, natto, choucroute, olives, kombucha… Ainsi de nombreux professionnels de santé recommandent d’en prendre quotidiennement.

Pour aller plus loin, des chercheurs se sont intéressés au rôle que pourrait jouer certains probiotiques dans l’amélioration de la santé mentale.

Votre ventre, un « deuxième cerveau » ?

Si vous prêtez attention à vos ressentis physiques, vous savez que des liens forts existent entre votre cerveau et votre ventre, notamment au travers des émotions. Qui n’a jamais eu la faim coupée en cas de contrariété ou de dispute, le ventre noué avant une situation angoissante ?

Ce que les scientifiques ont nouvellement découvert, c’est que cette relation ne s’effectue pas à sens unique. Non seulement ce que l’on ressent peut agir sur notre système digestif mais réciproquement, notre « deuxième cerveau » entérique agit sur nos émotions. Un exemple probant, 95 % de la sérotonine, ce neurotransmetteur bien connu pour son influence sur les humeurs et les états dépressifs, est notamment produit au sein de la flore intestinale.

Les psychobiotiques : des probiotiques qui amélioreraient le moral des dépressifs

Les effets des psychobiotiques sur des rats présentant des symptômes dépressifs

Thimoty Dinan, chercheur de l’université de Cork et son équipe, ont réalisé une étude en partant du postulat suivant : le stress subit en début de vie comme la séparation de l’enfant et de sa mère a des répercussions sur la flore intestinale. Ils ont alors analysé l’influence d’un probiotique spécifique le B.infantis chez des rats présentant des symptômes dépressifs suite à leur séparation d’avec leur mère. Leur méta-analyse montre que certaines de ces bactéries, lorsqu’elles sont ingérées en quantité suffisante, offrent un énorme potentiel pour le traitement de la dépression et d’autres troubles liés au stress.

D’où la naissance du concept de psychobiotique : un organisme vivant qui, ingéré en quantité suffisante, apporte un bénéfice chez les patients souffrant de maladie psychiatrique.

Par quel mécanisme les psychobiotiques agissent sur l’état dépressif ?

Certaines bactéries sont susceptibles de fabriquer et de sécréter des substances utilisées dans le cerveau comme neurotransmetteurs.

Par exemple, certaines souches telles que Lactobacillus et Bifidobacterium produisent de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA), un des principaux neurotransmetteurs dont les anomalies sont en lien avec les phénomènes d’anxiété et de dépression. De même, l’ingestion de B. infantis augmente le taux sérique de tryptophane, un précurseur de la sérotonine. Ce n’est pas tout, les chercheurs rapportent que :

  • Escherichia, Bacillus et Saccharomyces produisent de l’adrénaline
  • Candida, Streptococcus, Escherichia et Enterococcus fabriquent de la sérotonine
  • Bacillus et Serratia peuvent potentiellement sécréter de la dopamine.

Expérimentalement, via des tests in vitro et chez l’animal, on voit donc que ces bactéries présentes dans la flore intestinale peuvent générer nombre de neurotransmetteurs impliqués dans la dépression.

 

Un futur où les psychobiotiques remplaceraient les antidépresseurs de synthèse ?

Bien que les tests effectués sur l’Homme restent encore trop embryonnaires pour affirmer avec certitude qu’un jour les psychobiotiques remplaceront les antidépresseurs et les anxiolytiques, les scientifiques de l’Université de Cork y voient une nouvelle voie thérapeutique naturelle prometteuse pour soulager le stress et sortir de la dépression. Dans un premier temps, on peut imaginer que la prise de ces psychobiotiques pourraient être couplée à des thérapies classiques.

Cependant, d’autres professionnels de santé sont plus engagés sur le sujet. C’est le cas par exemple de la populaire psychiatre new-yorkaise Kelly Brogan qui a décidé de cesser de prescrire des médicaments à ses patients. A la place, elle les oriente sur des changements majeurs dans leur alimentation, jumelés à une prise de probiotiques, afin de rétablir la connexion entre leur intestin et leur cerveau.

Cet article vous a plu ? Merci de le partagez-le sur Facebook ou Twitter afin qu’un maximum de personnes puissent en profiter.

Pour aller plus loin :

L’intégralité de l’étude réalisée par Thimoty Dinan est consultable de façon payante sur le site de la revue Biological Psychiatry (en anglais)

Apprenez-en davantage sur la psychiatre Kelly Brogan (son site est en anglais)

There was an issue loading your exit LeadBox™. Please check plugin settings.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *