les voies spirituelles du bouddhisme pour sortir de la dépression

La voie spirituelle du bouddhisme pour sortir de la dépression ?

Bien que nous ayons en France un haut niveau de compétence médicale, je suis lassée par une approche de la santé que je trouve globalement inadéquate ou tout du moins incomplète. Je m’explique.

La médecine intervient comme une solution ultime de laquelle on espère des miracles après avoir mené une vie d’excès sans préoccupation aucune des effets de notre comportement sur notre corps et notre esprit. Même avec des traitements lourds, vous vous doutez bien qu’il est complexe de remédier à ces dégâts cumulés depuis des années. Cette approche vaut autant pour les maladies « classiques » de type cancer que pour la dépression. Si je m’en fie à ma propre expérience, les psychiatres guérissent à coup de pilules miracles et d’enfermement en hôpital psychiatrique…

Pourquoi attendre de se retrouver dans des situations si extrêmes très problématiques à solutionner ? Qu’en pensez-vous ?

A mon avis, l’un des rôles de la société est d’adopter une démarche préventive en éduquant ses citoyens. Tout comme on nous apprend l’Histoire, enseignons dès l’enfance l’importance d’atteindre et maintenir une harmonie entre son corps et son esprit. Je suis convaincue que l’état de santé général des français s’en verrait nettement amélioré.

Ne trouvant que de rares réponses dans notre culture toujours trop pressée pour prendre le temps ( jugé improductif donc inutile) de faire attention à soi, je m’intéresse de plus en plus à l’approche asiatique de la santé. Considéré comme une continuité de l’esprit, le corps y est traité avec respect, attention et soin.

C’est dans cette recherche que j’ai participé récemment à deux stages d’initiation au bouddhisme puis à la pratique de la méditation au temple de la Boulaye situé en en Bourgogne. Je n’y suis pas allée avec l’intention d’embrasser une religion mais pour expérimenter des méthodes qui me semblent être un plus intéressant pour sortir de la dépression et à accéder au bonheur.

Je vous partage cette découverte enrichissante !

D’abord en arrivant au temple, j’ai rapidement été apaisée par le calme de la campagne alentours; un contexte parfait pour commencer l’enseignement dispensé par le « lama » : maître. Ce moine de plus de 70 printemps m’a impressionnée par son calme et sa tranquillité d’esprit, on ressent qu’il a atteint un état de parfaite harmonie. Etant avant tout un européen qui a vécu comme nous le stress de la vie active avant de se dédier entièrement au bouddhisme, il nous comprend et prône une pratique moderne accessible à tous sans la nécessité d’une vie d’ascète et la pratique de rites asiatiques qui ne font pas sens en Europe.

Pour ceux qui ne connaissent pas du tout, je résume rapidement quelques notions principales du bouddhisme.

Plus qu’une religion, il s’agit d’une voie spirituelle. C’est à dire que c’est non seulement une religion mais aussi et surtout une psychologie et une philosophie de vie. A l’inverse de nos religions monothéistes, les enseignement du Bouddha n’impliquent pas le respect de commandements et le jugement d’un Dieu, ils se présentent seulement comme des guides. Il est ensuite entre nos mains d’expérimenter le chemin qui nous mènera à l’éveil et l’harmonie.

La méditation s’inscrit dans ce guide comme une méthode de prise de conscience de l’esprit au corps, aux émotions, aux pensées et aux formations mentales. Pour les plus aguerris, elle permet même de prendre conscience de son propre esprit et d’en reconnaître la nature. J’en suis encore loin !

Alors qu’ai-je retenu de ce stage qui puisse vous aider à sortir de la dépression et à atteindre le bonheur ? :

  • tout d’abord d’un point de vue social, ce type de stage permet de rencontrer des personnes ouvertes, attentives aux autres, qui se posent des questions sur le bien être et le sens de l’existence. C’est le moyen de s’entourer de nouvelles personnes positives et humainement riches.
  • la voie spirituelle du bouddhisme accorde une importance primordiale à l’équilibre entre le corps et l’esprit. Le corps humain est précieux car en étant la continuité de l’esprit, il est l’instrument du salut.
  • la pratique du lâcher prise : on nous enseigne à prendre le temps de débrayer de sa course contre la montre quotidienne pour s’allouer  des moments de détente, de relaxation et de réflexion.
  • la méditation nous apprend à limiter l’agitation continuelle de notre esprit qui est d’ailleurs représenté dans le bouddhisme par un singe qui saute continuellement de branche en branche. Plus largement, cela aide à gérer nos émotions et notre réactivité car la méditation permet petit à petit de savoir se détacher et prendre du recul par rapport à ses pensées. Dans la vie de tous les jours, c’est un outil intéressant pour gérer l’arrivée des idées noires ou des situations de tensions.

D’un point de vue plus philosophique, la voie spirituelle du bouddhisme permet de se questionner sur les raisons de nos troubles. Selon les enseignements du Bouddha, la « duka » (souffrance au sens large englobant aussi les inquiétudes) vient de :

  • « tanhâ »: la soif, le désir. L’idée serait donc de nous détacher de nos envies constantes de vouloir toujours plus d’un point de vue matériel, sentimental et existentiel pour limiter l’apparition de nos troubles.
  • « karma » : toute action est faite avec une motivation et laisse une trace sur l’esprit. En application, le plus important n’est pas forcément nos actions mais l’intention avec laquelle on les fait. Par exemple, si vous vous forcez à être serviable avec quelqu’un que vous méprenez, vous ne mentez pas à votre corps qui se souviendra de votre réel sentiment. A l’inverse, vous pouvez parfois malencontreusement mal agir mais si votre motivation de départ était positive, vous laisserez une bonne empreinte à votre esprit. Soyez donc en accord avec vous-même !
  •  les 3 maux : l’ignorance ( absence de prise de conscience de nos actes, de notre raison d’être) est le mal de base qui conduit irrémédiablement à l’avidité/possessivité et à la haine/aversion. Il est donc important de parvenir à un état de clairvoyance pour être vigilant et s’en éloigner.

Pour conclure, je dirais que cette initiation à la voie spirituelle du bouddhisme m’a été très bénéfique. Je ne peux bien sûr pas encore affirmer qu’elle puisse vous permettre de sortir de la dépression mais elle répond déjà à cette approche préventive de la santé du corps et de l’esprit. Je vais poursuivre la pratique de la méditation régulièrement et être plus vigilante à mes actions quotidiennes et vous incite à en faire de même.

Si certains d’entre vous sont bouddhistes ou pratiquent la méditation, partagez-nous les effets de cette voie spirituelle sur votre vie. Pour les autres si vous souhaitez davantage d’informations, n’hésitez pas à me les demander, je vous les fournirai avec plaisir.

 

There was an issue loading your exit LeadBox™. Please check plugin settings.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *